Articles tagués : Couchsurfing

Route vers le Delta

Départ matinal de Braşov, Marius me dépose à la gare routière. Cinq heures de route jusqu’à Brăila. Comme d’habitude, je m’endors rapidement. J’ai tout juste le temps d’apercevoir de beaux paysages de montagne sous le soleil (bien évidemment, il est revenu !). Retour à la plaine. L’organisation de la gare routière de Brăila est pour le moins anarchique, les compagnies privées se sont installées ici et là autour de la gare ferroviaire. La véritable gare routière est un peu plus loin, mais n’est bien sûr pas indiquée. « Tu diras aux gens que la Roumanie n’est pas le tiers-monde », me disait Paul avant mon départ. A Arad, certes. Ici, sur certains aspects en tout cas, nous n’en sommes pas si loin. Un peu d’attente avant le second bus, puis encore deux heures et demi de route jusqu’à Tulcea. C’est que vouloir absolument me rendre dans le delta du Danube, en partant d’Arad, m’aura fait traverser toute la Roumanie d’ouest en est. Il y a des rêves qui valent le déplacement.

A Tulcea, sur la promenade qui longe le Danube, je retrouve du vent et des goélands. Il n’est pas iodé, mais un certain air du large souffle ici. Dans quelques jours, ce sera le « mien » que je retrouverai, à l’autre côté de l’Europe. Soirée sympa avec mes hôtes de Couchsurfing et leurs amis.

Catégories : Roumanie | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Braşov

Train vers Braşov avec sa traditionnelle demi-heure de retard. Nous traversons de jolis paysages de collines fleuries et verdoyantes, non clôturées, parsemées de villages aux toits rouges. Paisible campagne roumaine sous le soleil.

Braşov. Toutes proportions gardées, cette ville entourée de montagnes me fait penser à Quito. Je fais connaissance avec Marius, mon hôte de Couchsurfing, un peu timide mais très gentil. Balade dans le centre ville avant de prendre le bus pour Sacele. Lui fait le trajet en vélo, mais m’attend à l’arrêt où je dois changer de bus, plutôt que de se contenter de me donner les indications ! Repas chez ses parents, mămăliga et poisson frit. C’est vrai qu’en ayant vécu seule, j’ai peu eu l’occasion de manger roumain, hormis les barbecues du dimanche. Pour la nuit, j’ai droit à une chambre de la pension de son oncle. Plutôt luxueux pour un « canapé » ! DSCF0633---Copie

Il a fallu que le mauvais temps arrive avec moi. Nous sommes contraints d’annuler la randonnée à Piatra Mare. On se rabat sur l’ascension du Mont Tâmpa, qui surplombe la ville. Trois heures de marche sous la pluie suffisent à nous lessiver au sens propre comme au figuré. Les montagnes roumaines resteront pour moi un mystère que je n’aurai fait qu’effleurer. Apuşeni, Făgăraş, autant de chaînes que j’aurais aimé arpenter. Une autre fois… pour une session hivernale ?

Catégories : Roumanie | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Parc national de Retezat

DSCF0323--2-Ce matin nous prenons la route avec Cristian, ce couchsurfer devenu ami, en direction des montagnes du parc national de Retezat. En direction du relief ! Apres un peu plus de trois heures de trajet nous arrivons a Sălaşu de Sus où nous rencontrons Mihai qui met sa cabane située au coeur du parc à disposition de tous les randonneurs et autres nomades passant par là. L’idée est géniale, la réalisation un peu moins quand on découvre l’état de la cabane… Enfin toujours est-il que c’est fort appréciable d’avoir un pied-à-terre gratuit au milieu de la montagne.

DSCF0325Après avoir un peu délesté nos sacs, nous repartons en direction d’un lac que nous n’atteindrons malheureusement pas en raison de l’orage qui se met à menacer. D’autant plus frustrant qu’au final il n’aura fait que menacer, mais cela fait aussi partie de la randonnée en montagne ! Souvenirs d’un autre lac qui ne se laissait pas atteindre, sur les flancs du Monte Cinto… Je découvre avec délices la montagne au printemps, ses milliers de fleurs, grenouilles et autres lézards, ses multitudes de cours d’eau que nous traversons les pieds au sec… jusqu’à ce qu’un passage de gué dérape légèrement. L’avantage, c’est qu’ensuite je peux tous les traverser et m’y amuser sans me poser de questions ! Quitte à avoir les pieds mouillés… En montant encore un peu nous atteignons les premières neiges résiduelles. Mi-eau mi-neige en réalité, mais quel plaisir de marcher dedans !

DSCF0337

Saldanella sp.

DSCF0340--2-

DSCF0349--2-

DSCF0350--2-Le lendemain, après une nuit un peu fraîche (il faut dire que nous sommes à plus de 1000 mètres d’altitude et que je n’ai que mon sac de couchage ultralight), nous redescendons jusqu’au village. J’ai été surprise par ma forme physique, j’avais presque « oublié » que cela fait plus d’un mois que je suis à pied, vélo, cheval, canoé presque deux heures chaque jour. Hier soir j’avais encore l’énergie pour marcher bien trois heures supplémentaires je crois !

DSCF0363--2-Sur la route du retour, nous nous arrêtons à Deva, ville ouvrière de l’époque communiste. Les discussions avec Gabi, Cristian… ont pour moi donné vie à cette période que je ne connaissais que par les livres d’histoire. Echanger avec des personnes qui l’ont connue et vécue la fait sortir de ces livres et la rend plus réelle. Impressionnant comme certains pays ont changé en vingt ans.

Catégories : Roumanie | Étiquettes : , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Premier weekend au parc naturel Lunca Mureşului

DSCF9944En ce weekend de 1er mai, le parc est particulièrement fréquenté. Il faut croire que tout Arad s’y est donné rendez-vous. Camping et barbecue, chaque voiture avec la sono à fond bien entendu. Dans ce contexte et sous la grisaille et la pluie qui arrivent le samedi en fin de journée, difficile d’accrocher d’emblée avec un endroit qui se voudrait paisible.

Les variations de température entre le jour et la nuit, entre le soleil et la pluie, sont assez marquées. Quelques heures plus tôt, je profitais en effet d’un chaud soleil sur la terrasse. Premier tour en vélo avec deux volontaires du coin qui distribuent un questionnaire dont l’objectif est d’analyser la fréquentation touristique du parc. Je ne suis pas d’un grand secours car tous nos interlocuteurs sont Roumains, mais connaissant le contenu je devine grosso modo les conversations.

Suite de l’après-midi avec Ovidiu et deux gendarmes pour une patrouille en voiture dans les zones les plus fréquentées. Ça ne rigole pas : 1500$ l’amende pour entrer dans la forêt en voiture, somme exorbitante pour bon nombre de Roumains. En réalité les quelques personnes que nous délogeons y échappent. En revanche, pour les détritus laissés un peu partout, c’est une autre histoire. Il y a du boulot avant que tous ramassent leurs poubelles en quittant les lieux. Néanmoins les choses semblent s’améliorer peu à peu.

Je m’aperçois que le parc est plus grand que je ne l’imaginais. Crée en 2005, il s’étend tout en longueur, sur près de 90 kilomètres autour de la rivière Mureş jusqu’à la frontière hongroise. Il est couvert pour moitié d’une belle forêt de hêtres, chênes, et peupliers en bordure de rivière, dont la gestion est assurée par Romsilva, équivalent roumain de l’ONF. La Mureş est la rivière la plus importante de Roumanie. Après 700 kilomètres elle se jette en Hongrie dans la Tisza, elle-même affluent du Danube dont l’estuaire se trouve… en Roumanie.

DSCF9948bis

Dimanche tranquille type « dimanche pluvieux ». Agrémenté du traditionnel barbecue du 1er mai, l’occasion d’un repas avec tous les collègues. Curieuse sensation que d’être à cette tablée dont je ne comprends capte rien, si ce n’est quelques mots ici et là.

Excellente soirée en ville avec Cristian, couchsurfer d’Arad qui m’a contactée en me voyant dans les environs. Encore un jeune Roumain qui veut quitter le pays et faire sa vie ailleurs. Pourquoi pas en France. Super contact, et un weekend dans les Monts Apuşeni semble se dessiner pour les prochaines semaines…Couchsurfing is an amazing network.

Catégories : Roumanie | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

De Piriac à Bucarest

Météo estivale comme depuis le début de ce mois d’avril. A cela s’ajoute l’ambiance de vacances propre à Piriac et à la Presqu’île en plein été. Sur la route des marais aussi, c’est l’été.

Trajet de Nantes à Paris en covoiturage, avec des co-équipiers peu bavards mais sympas. La route file. Soirée parisienne avec Julie, que ne reverrai sans doute pas avant plusieurs mois. Fin de soirée dans le petit havre de paix de la rue Linée. Je passe la matinée du lendemain à Paris, principalement à éplucher le Routard Roumanie en long, en large et en travers. Je commence surtout à m’impatienter. Vite, que le véritable voyage commence !

 

L’avion décolle à l’heure. Mes voisins, comme peut-être bien le tiers des passagers, sont des athlètes de l’équipe roumaine de qwan ki do. Ils reviennent chargés de médailles des Championnats du Monde qui se tenaient à Rabat. Si tous les Roumains sont aussi sympathiques que ceux-là, le séjour s’annonce bien.

Je suis toujours fascinée par ces paysages aériens d’océans de coton. Mais cette fois, le survol des Alpes est particulièrement unique, avec ces sommets enneigés qui déchirent les nuages. Ou comment oublier un instant la météo estivale de ces derniers temps.

 

Arrivée à Bucarest. Je prends le bus jusqu’à la Piaţa Romană où je dois en changer pour me rendre jusqu’à Sebastian. L’occasion de baragouiner mes premiers mots de roumain, entrecoupés d’espagnol (c’est ce qui sort spontanément) pour combler les vides.

Première expérience de couchsurfing plus que concluante. Avec Oana-Roua, mon hôte, le courant passe et nous bavardons jusqu’à tard. Elle rêve de s’installer à Londres, n’imagine pas son avenir en Roumanie. Se désolle que les Roumains soient aussi peu tournés vers l’extérieur, vers l’étranger. Sans doute le résultat d’années passées avec les frontières fermées, à l’époque de Ceauşescu. Il faut du temps aux mentalités pour évoluer. J’apprends également que le salaire moyen en Roumanie est de l’ordre de 300€ et que le SMIC avoisine les 150€. De quoi faire relativiser sur l’Europe, continent riche…

Noapte bună

Catégories : Roumanie | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.