Articles tagués : bivouac

Munţii Zărandului

Préparatifs pour un weekend de rando enclenché à la dernière minute. Direction les Monts Zarand, premières collines à l’est d’Arad. Hier soir, après une discussion avec Gabi, je me suis retrouvée les bras chargés de cartes, d’une tente et de quelques kilos de cerises. La tente : commençons par la plier correctement, elle a été plus que grossièrement empaquetée, rassemblée en un tas avec les arceaux encore à l’intérieur !

Je me rend en vélo jusqu’à la gare routière, d’où je prends un bus pour Şiria, à une petite demi-heure de route d’Arad. Dans le village, je cherche le début du sentier. Les petits vieux que je croise m’expliquent que c’est compliqué, que le chemin n’est pas balisé, qu’il faut que je reprenne le bus jusqu’à Agriş Mare une quinzaine de kilomètres plus loin. Te pierde ! Te pierde ! C’est ce qu’on va voir ! Combien de fois des locaux m’ont annoncé que c’était loin, long, froid, compliqué… ? Toujours est-il que m’annoncer que c’est impossible ravive, s’il en était besoin, mon envie d’aller voir par moi-même. Essayer. Au pire (mais vraiment au pire), je pourrai toujours faire demi-tour. Ce n’est ni l’Amazonie, ni le Sahara, ni les -40°C du Grand Nord. Alors, c’est parti !

DSCF0461---Copie

La légende de ma carte…

J’entame l’ascension vers la forteresse qui surplombe le village et que j’atteinds en une heure de marche. Ça grimpe sec ! Le temps n’incite pas à la sieste ; je repars sur la crête. Paysage de collines. Une balise sur un arbre ! L’une des rares que je verrai en réalité. Pour m’aider, la carte est peu détaillée et les chemins semblent avoir été posés au hasard ; j’en cherche encore le lien avec la réalité. Pour clore le tout, la légende est d’une logique implacable (cf. photo !). Un chemin forestier, balisé à son début, semble aller dans la bonne direction. Je l’emprunte. Pas de bifurcation qui m’emmènerait vers les cabanes où j’avais pensé camper. Au lieu de franchir les collines sur les crêtes, j’en longe une sur ma gauche : je dois donc descendre vers le sud. Qu’à cela ne tienne. Si cela m’amène sur les bords du lac, pourquoi pas ! Jusqu’à ce qu’en fin d’après-midi, le soleil fasse son apparition. Il serait… à l’est ! Ou alors, c’est peut-être plutôt moi qui me dirige vers le nord depuis un bon moment… Difficile de savoir où je suis, mais un chemin forestier qui descend d’un massif, il va bien finir par rejoindre un village. Reste à savoir quand. Vers 19 heures, je commence à repérer des emplacements pour planter la tente, mais j’aimerais un repère pour avoir une idée d’où je suis avant de m’arrêter. Encore un quart d’heure, une demi-heure, au virage suivant… Je sors de la forêt et débouche dans une zone de pâturages. J’entends les bergers et les cloches d’une église. Je grimpe sur la colline où je m’installe pour la nuit dans les herbes hautes, la sortie de la tente face au soleil levant. Demain, en arrivant dans le village en contre-bas, je saurai où je suis !

Rien de tel qu’une nuit sous la tente. Avec la crainte de la forte pluie nocturne néanmoins, j’avais été avertie du peu d’étanchéité de la tente. Problème de tension du double toit. Mais en étant seule, j’ai eu tout le loisir de rester au sec. Lumières du petit matin sur les herbes hautes et les collines environnantes. Je traîne un peu sous la tente en pensant aux deux nouveaux volontaires qui doivent être sur le point d’arriver à Arad. Hâte de les rencontrer. Je rejoins le village en une petite heure de marche, exactement comme je l’avais estimé. Village de Roumanie rurale un dimanche midi. Cum se chyamă aici ? Agriş Mare. Je sais enfin où je suis ! Autobuz ? Nu. Autostopul ? Complicaţi. Eh oui, Roumanie rurale un dimanche midi ! Marcher, je ne suis plus à 10 kilomètres près. Une voiture finit par m’embarquer, 4 kilomètres avant Şiria. 4 kilomètres, en voiture, ce n’est rien. A pied, c’est 1 heure. De Şiria je galère un peu avant de trouver une seconde voiture qui me déposera à Arad. Retour en vélo depuis la gare routière histoire de m’achever pour de bon.

DSCF0443---Copie
DSCF0475---Copie

DSCF0482---Copie

Catégories : Roumanie | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

Bondy, le petit âne gris qui traverse l’Europe

Lever matinal. Me voilà partie rejoindre Marion, Française qui était en wwoofing dans les environs de Făgăraş, dans le centre du pays, depuis près d’un an et qui rentre à La Rochelle à pied, avec son âne et son chien.

Une heure de vélo vers Zădăreni, dans l’agréable lumière du petit matin. Je traverse la Mureş sur la passerelle en bois qui mène à l’Insula Mureş III, puis le hameau et je poursuis vers Zădăreni en contournant les champs. J’entre dans ce village dont j’avais aperçu le clocher dès lundi dernier depuis l’autre rive. Je longe le canal qui borde le village, la carte indique qu’il s’interrompt sur tout juste 200 mètres… Saleté de chien ! La plupart aboient férocement en restant à l’écart, mais celui-ci, je ne le sens pas. C’est un chien qui interrompt le sentier. Soit. Je contourne quelques terrains avant de le retrouver, et de déboucher… sur un gué, infranchissable avec le vélo et le sac sur le dos. Marion dans son message m’avait bien parlé d’un pont ! Je le trouve un peu plus loin et arrive enfin sur les bords de la Mureş où Marion avait dressé son campement pour la nuit.

DSCF0062bisJe fais connaissance avec mes équipiers du weekend : Marion, son chien Djinn et son âne Bondy. Nous levons le camp, l’âne prend la tête avec allant ce matin. Avec Marion, nous parlons de la Roumanie, de nos expériences de voyages en tous genres, de souvenirs équestres, de tout et de rien… Vraiment sympa. Pendant ce temps, un pas après l’autre, nous progressons vers l’Ouest. Sur terrain plat, cela se fait sans trop d’efforts. De temps à autre, Bondy bifurque et Marion lui court après pour le remettre sur le chemin. De quoi pimenter un peu le parcours ! Nous faisons halte pour le pique-nique à proximité du bac de Pecica. Nous repartons en suivant la digue qui délimite le parc et sur laquelle passe le E7, sentier de randonnée européen qui emmène jusqu’au Portugal. Enfin théoriquement, car les informations sur son parcours ne sont pas toujours faciles à obtenir. Nous passons par Bezdin où nous profitons du monastère pour reprendre de l’eau. Deux busards et une buse, observés aux mêmes endroits que jeudi. Nous dressons la tente sous les arbres peu avant la fin de la zone forestière. Feu de camp, mămăliga (la polenta roumaine) avec carottes et fromage : bon et roboratif, l’idéal du randonneur. Nuit sous la tente, Djinn couché sur nos pieds. Nous bavardons et rions jusqu’à tard. Sensation d’être en compagnie d’une bonne vieille copine.

DSCF0067bisFinalement, malgré mon peu d’équipement et les températures nocturnes (il y avait du givre dans les champs hier matin), je n’ai pas eu froid de la nuit. Petite pluie du matin. Elle se sera dissipée le temps qu’on lève le camp. Nous reprenons la route, suivant encore la digue vers l’ouest, Bondy toujours devant quoi que plus molisson ce matin. Il traînerait bien à brouter ici ou là. Nous pique-niquons sur le bord du chemin aux environs de Semlac. Une fois Bondy de nouveau chargé, il est temps pour moi de rentrer. J’ai une demi-journée pour effectuer à vélo en sens inverse le chemin que nous avons parcouru depuis hier. Bonne route Marion, peut-être se retrouvera-t-on en Hongrie la semaine prochaine… ou sur les chemins de France en septembre !

DSCF9988bis

Le monastère serbe de Bezdin

 

Retour sur la digue, à vitesse peu élevée à cause de l’herbe qui me ralentit. Il me faudra au total 4 heures pour rentrer. Autour, c’est la vaste plaine d’Europe centrale qui débute et dont Marion va traverser quelques kilomètres. Fenlac : je traverse le village et récupère la route. Marre de cette digue sur laquelle je n’avance pas. Je retrouve les chemins après Zădăreni pour traverser la rivière. J’arrive au Centre, Olliver m’invite à me joindre au barbecue qu’il prépare avec ses potes. Malgré la fatigue, ça ne se refuse pas !

Catégories : Ici et partout ailleurs, Roumanie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Cirque de Navacelles et Gorges de la Vis

animaux-2F7340bisDeux jours de rando dans le magestueux décor qu’offre le Cirque de Navacelles. Incluant un bivouac festif dans le village de Vissec, dont les habitants nous accueillent avec hospitalité. Barbecue, apéro et nuit à la belle étoile ; sensations de vacances juste avant de reprendre les cours.

paysages-2F7302

Cirque de Navacelles

villes-2F7334bis

Vissec

 

Catégories : France, Languedoc | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Translandaise, Jour 13

Etape du soir : bivouac dans les dunes quelques kilomètres avant Capbreton. Un bateau de pêche allume ses feux à la tombée de la nuit. Ce soir, nous dînons parmi les anges.

jour-13---bateau-de-peche-au-crepuscule

Catégories : Aquitaine, France | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.