Articles tagués : Arad

Derniers jours au parc naturel Lunca Mureşului

DSCF0586---CopieDernière sortie pour moi dans la forêt de Zădăreni. Nous y allons pour commencer à défricher autour du sentier et récupérer les caméras posées la semaine dernière. Les gars jouent de la machette pendant que je deviens « Google Map girl » avec le GPS pour les guider. Moments sympas avec eux. C’est agréable de voir ce sentier prendre forme peu à peu.

Sur les caméras, c’est le jackpot : sangliers, renards, daims, cerfs, et même blaireaux ! Jolie pêche.

La séance d’équitation de ce soir a été annulée. Dommage. Mais à l’heure de l’apéro, ce sont les chevaux qui viennent à moi. Ceux du village rom qui viennent paître à proximité du centre.

 

21 juin. Jour de l’été. Ici, cela fait longtemps qu’il est arrivé. Fin du séjour à Arad, aussi. Discussion intéressante avec Paul, le directeur : petit compte-rendu de mon séjour et principaux points que je verrais à améliorer.

Je retrouve Cris au pub pour un dernier verre, il se propose pour m’emmener à la gare demain soir. Ok. En sortant, je rencontre Anton et sa femme qui passent par là. Je n’avais pas eu le temps de passer leur dire au revoir, c’est chose faite. Je croise aussi Théo et Clément : décidément, Arad n’est vraiment pas si grand ! Gabi nous invite à boire un coup en ville, sa femme nous rejoint. Avec en cadeau deux litres de ţuica ! Suite et fin de soirée au bar avec les gars, ponctuée d’un retour en vélo de nuit dans la forêt où on ne voit pas grand chose. Grain de folie.

 

Dernier jour à Arad. Matinée cheval avec Clément et Théo, j’aurai finalement réussi à les y emmener. C’est Laura qui nous encadre, et elle a sorti pour nous les deux meilleurs chevaux de l’écurie. Energiques et réactifs, un régal.

Fin d’après-midi à l’exposition photo sur les oiseaux présentée au théâtre d’Arad. S’ensuit une dernière bière en terrasse avec Ovidiu, Gabi, Clément et Théo. Petit à petit, je dis au revoir. Soirée au parc, repas des fouines. 23 heures, Cris vient me chercher. Merci pour tout. Minuit vingt, le train démarre.

Catégories : Roumanie | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

Dernier weekend à Arad

DSCF0528---Copie

Cigogne blanche

Samedi, fin d’après-midi. Je me décide à aller photographier les nids de cigognes à Zădăreni. Je prends avec la moi la tente et de quoi
camper, on ne sait jamais quelle idée pourrait me passer par la tête en longeant la Mureş. A Zădăreni, je passe devant l’école d’équitation. Anton et sa femme sont là, c’est l’heure de l’apéro. Je me joins à eux avant de reprendre mon vélo. Je rejoins la rivière et trouve un endroit propice pour la nuit, non loin de là où Marion avait planté sa tente début mai. Je m’apprête à pique-niquer, partagée par l’existentielle question « tente ou belle étoile ? », lorsque je reçois un message de Gabi : virée en canoë demain, départ vers 5-6 heures du matin. Changement de programme ! J’enfourche à nouveau mon vélo et rentre au centre dans la lumière du crépuscule. Plein d’oiseaux, hirondelles, guêpiers, hérons, cigognes et même un couple de buses à quelques dizaines de mètres. Des grenouilles, et Monsieur Hérisson rencontré au milieu d’un champ de blé. Finalement je ne serai même pas rentrée dans le village de Zădăreni.

Dans la journée, nous sommes passés en vélo dans le hameau Rom situé entre la forêt et l’entrée d’Arad. Etonnant (ou pas) comme ces maisons de bois aux toits de tôles et ces rues ensablées me font penser au Bénin. Le sable n’est pas rouge, certes. Etonnant aussi (ou pas) comme je m’y sens bien. Aucune agressivité digne des histoires que j’ai pu entendre, mais des regards curieux et des sourires. Peut-être apprécient-ils simplement qu’on leur porte un peu d’intérêt sans préjugés ?

DSCF0547---Copie

Crépuscule sur la Mureş

DSCF0582---Copie

Calopteryx

5 heures, après une très courte nuit je suis prête à partir. Nous chargeons le canoë sur la voiture et partons avec Gabi en amont d’Arad, entre Păuliş et Lipova. Première mise à l’eau de la journée, un rapide aller-retour jusqu’à une berge habitée par des castors. Gabi me regarde : « tu sais à quoi je pense ? » Réponse : « A aller et revenir à contre-courant ? Ben oui ! » Bien sûr. Rien de bien compliqué à pagayer quelques centaines de mètres contre le courant. Suite de la matinée à faire la sieste sur la berge. Ok, mais moi je veux pagayer sur la Mureş ! Angela et des amis nous rejoignent, Gabi et moi repartons (enfin !) avec le canoë vers l’amont. Pas facile de trouver un accès à la rivière, nous portons le canoë sur un chemin qui semble longer la Mureş sans jamais la rejoindre. Nous perdons patience et décidons de couper à travers les broussailles. Enfin sur l’eau ! La rivière est plus sauvage ici qu’en aval d’Arad, entourée de jolies collines. Des traces, mais pas de castor.

Retour au parc avec les amis de Gabi qui m’y déposent. Il s’est mis à pleuvoir des cordes. Ovidiu fête son anniversaire ce soir, c’est pourquoi je souhaitais rentrer de bonne heure.

Catégories : Roumanie | Étiquettes : , , , , , , , | Un commentaire

Installation au parc naturel Lunca Mureşului

Ovidiu, chargé de la coordination des volontaires au parc, vient me chercher à la gare. S’en suit un petit déjeuner tardif avant de rejoindre le parc à pied. Je fais connaissance avec l’équipe, notamment Paul le directeur, Gabi le biologiste et Dani l’informaticien qui m’installe internet sur un vieux PC prêté par Ovidiu. Bon contact avec tous. Je prends mes quartiers dans une chambre du centre, à la fois au milieu de la forêt et à seulement quelques kilomètres de la ville d’Arad.

Je suis surprise que tous aient appris le français à l’école. Dani m’explique que les deux seules langues étrangères autorisées (et obligatoires) sous Ceauşescu étaient le français et le russe. L’apprentissage de l’anglais est donc récent (ce qui ne les empêche pas de le parler plus que correctement !). Du français, les Roumains ont notamment gardé l’habitude d’employer « merci » dans le langage familier, au lieu du « mulţumesc » traditionnel.

logo-PNLM

Premier tour sur le terrain vers Nădlac, à deux pas de la frontière hongroise. Ovidiu doit estimer le préjudice causé au parc par quelqu’un qui a coupé plusieurs arbres importants pour dégager un peu d’espace autour de sa cabane… L’objectif est de permettre aux policiers d’établir une amende. Ou comment passer quelques heures en compagnie de la police locale. Cela arrive souvent ? Non, c’est la quatrième fois en six mois. C’est vrai, « souvent », c’est relatif.

La forêt et la rivière sont belles, les environs en revanche me charment un peu moins. Grande plaine agricole qui me rappelle la Beauce, en plus arboré et moins mécanisé quand même. Qu’à cela ne tienne, je sauterai dans un train ou un bus en direction des Carpates lorsque je serai en manque de relief.

Catégories : Roumanie | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.