Equateur

Cherchez l’intrus !

DSCF9299-bis

Dans une vitrine de Baños…

Catégories : Equateur, Ici et partout ailleurs | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Baños

Baños, petite ville des Andes sur leur versant oriental, au pied du volcan Tungurahua qui nous envoyait ses cendres jusqu’à Guayaquil il y a quelques semaines. Ville touristique entre ses thermes et les départs des nombreuses activités de pleine nature. Montagne escarpée et verdoyante aux influences tropicales. La selva n’est pas loin.

DSCF9274

DSCF9312-bis

 

Je ne résiste pas à l’appel d’une virée à cheval, à la découverte de ce bout de montagne andine et des petits chevaux locaux à l’allure si particulière, le paso.

DSCF9294

  DSCF9281 DSCF9286  

DSCF9280

Catégories : Equateur | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

Quito

DSCF9238Installée sur un plateau à 2 850 mètres d’altitude, Quito est la deuxième capitale la plus haute du monde, et ses rues abruptes savent le rappeler aux poumons peu aguerris. Côté météo, le soleil se voudrait tropical mais le passage d’un nuage a tôt fait de nous ramener à la réalité : à cette altitude, même sous l’Equateur, ça caille ! La vieille ville témoigne de son passé colonial avec son architecture typique qui lui donne un charme presque désuet.


DSCF9258

Catégories : Equateur | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

La caldeira de Pululahua

DSCF9221A une vingtaine de kilomètres au nord de Quito se situe le volcan Pululahua dont le sommet culmine à 3 356 m. Parmi les volcans équatoriens, celui-ci doit sa renommée à sa vaste caldeira : ses 12 km de diamètre en font le plus grand cratère volcanique d’Amérique du Sud. Autre particularité, la « vallée » ainsi formée est l’un rares cratères habités dans le monde et probablement le seul à être cultivé.

A l’instar de la Sierra équatorienne, la caldeira du Pululahua et les sommets qui la surplombent abritent une riche biodiversité, ce qui a valu la création dès 1966 du parc national de Pululahua, premier parc national d’Equateur, devenu en 1978 une réserve géobotanique .

DSCF9213

Catégories : Equateur | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

Otavalo

A 2 500 mètres d’altitude, Otavalo est une petite ville colorée connue surtout pour son marché, vendu dans beaucoup de guides comme « le plus typique » d’Equateur. Je ne sais pas ce qu’on entend par « typique », d’autant qu’une bonne part du marché est constituée d’artisanat destiné aux touristes, mais toujours est-il qu’il fait plutôt bon y flâner. Au passage, je remercie mes accolytes camerounais et l’expérience béninoise de l’an passé : je suis parée pour les négociations, ce qui n’est pas sans surprendre mes interlocuteurs !

DSCF9161 DSCF9162-bis DSCF9163-bis DSCF9167-bis

Catégories : Equateur | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

Puyo

DSCF9100Paisible bourgade de l’Amazonie équatorienne, Puyo constitue le point de départ d’un bon nombre de virées en forêt. Manquant de temps pour m’en offrir une seconde après la belle incursion avec Alexandra à Macas, je me contenterai de la visite des jardins botanique Las Orquideas et ethnobotanique Omaere (« la nature de la forêt » en langue waorani). Le premier ressemble moins à un jardin botanique qu’à un morceau de forêt équatoriale, et c’est tant mieux. Le second retiendra encore davantage mon attention puisqu’il ouvre la porte non seulement sur les plantes de la forêt mais aussi sur les peuples Shuar (connu chez nous sous le nom de Jivaro) et Waorani. J’y passe une agréable visite en compagnie d’un guide dynamique, porteur d’intéressants projets d’écotourisme intégrés au développement de sa communauté.

  DSCF9145 DSCF9123

DSCF9132 DSCF9124

DSCF9108-bis

Mon rapide passage dans l’Oriente m’aura laissé une forte impression, et surtout la sensation qu’il aura été trop bref. C’est ici, loin du tumulte de la Costa, que j’ai eu le meilleur ressenti dans mes échanges avec les habitants, que je me suis sentie le plus à l’aise. Relations plus apaisées, moins méfiantes, plus spontanées. Ajoutons à cela cette nature verdoyante et colorée qui explose littéralement, et enfin la richesse des cultures des ethnies de la selva, l’envie de rester un peu plus longtemps est bel et bien là. D’ailleurs, le jardin ethnobotanique Omaere accueille régulièrement des volontaires…

Pour plus d’infos sur le jardin Omaere : voir leur blog www.omaere.wordpress.com

DSCF9150

Le long du Rio Puyo, levons la tête. Les arbres sont habités par des aras bavards et colorés.

 

Catégories : Equateur | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire

Incursion à la découverte de l’Amazonie

7 heures. J’attends Alexandra, la guide rencontrée hier, devant son agence. A la minute où je suis entrée dans son bureau en quête d’informations, le courant est passé. Contact jovial. Je sens que cette journée va me plaire…

DSCF9008-bis

Cheval de bât dans la communauté Shuar de Nueva Esperanza

Le bus censé nous emmener dans la communauté Shuar d’où commence l’excursion ne vient pas ; nous prenons un taxi qui se transforme vite en taxi collectif. Après une demi-heure de route, nous voici à l’entrée de la communauté Shuar de Nueva Esperanza. Atmosphère où je me sens bien : mode de vie rural, végétation alentours, enfants rieurs… J’aime. Nous voici invitées pour le petit déjeuner chez le frère d’Alexandra… j’ai déjà pris le mien, mais ça ne se refuse pas. Réminiscences africaines ? Pas loin.

DSCF9013

Des vertes, et mûres !

Nous entamons la marche dans la forêt qui borde le village, jusqu’à atteindre la rive du rio Yuquipa que nous traversons en pirogue.

DSCF9049Sur l’autre rive, 30 hectares de forêt primaire protégée. Explosion de végétation. Nous marchons encore un peu dans ce décor grandiose qui me fait comprendre la passion de certains pour les forêts tropicales, avant d’arriver dans une clairière en bordure du rio.

Bienvenue dans la casa Shuar traditionnelle ! Bois, palme et terre battue. Et quelle fraîcheur à l’intérieur, quand dehors la température doit dépasser les 30°C ! Ciel bleu, soleil, chaleur… Nature époustouflante et calme si reposant. Perturbé seulement par le chant des oiseaux et par les rares avions qui survolent la forêt en direction des communautés les plus reculées, au-delà de la Cordillère du Cutucú. Tellement ressourçant !

DSCF9031

Casa Shuar traditionnelle

DSCF9035 DSCF9039

DSCF9027Poursuivons par une balade sur le thème des plantes comestibles et médicinales : sujet inépuisable dans une telle forêt ! Goûtons des fruits en tout genre dont je ne retiens pas les noms qu’Alexandra me donne en langue Shuar. J’ai un faible pour cette cousine de la canne à sucre qui produit une eau citronnée et sucrée : limonade en tige !

DSCF9059

Forêt primaire

Retour à la cabane où nous nous régalons d’un repas traditionnel : poulet, manioc, plantain… et surtout coeurs de palmier frais !

Le frère d’Alexandra nous rejoint pour une virée en pirogue sur le rio Yuquipa. Je suis aux anges. La confluence des rios Yuquipa et Chictimi forme une petite île de graviers où nous nous arrêtons le temps d’une baignade. Je crois rêver : je nage dans une rivière d’Amazonie ! Cela semble presque irréel.

DSCF9070

DSCF9096

DSCF9068-bis

Un enfant Shuar joue dans le rio Yuquipa.

Retour sur la terre ferme pour grimper la colline. D’en haut, superbe vue sur les forêt environnante. Océan de verdure.

DSCF9085

Barrant l’horizon, la cordillère du Cutucú

Nous rentrons vers la communauté, puis à Macas toujours en taxi collectif. Yuminsame Alexandra, pour cette journée inoubliable, l’une des meilleures de mes 6 mois passés en Equateur.

Cette expérience a donné lieu à un article publié dans le n°141 de Globe-Trotter Magazine, le magazine de l’association Aventure du Bout du Monde.

Catégories : Equateur | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

Des Andes à l’Amazonie

De Cuenca à Mendez, porte d’entrée de l’Oriente à cet endroit de l’Equateur, c’est environ 5 heures de route. Route qui devient piste de terre et de boue dès Gualaceo et jusqu’à Limon, soit plus de la moitié du trajet. Sortie des Andes, majestueuses. Grandes montagnes arrondies aux larges vallées verdoyantes. Puis les reliefs se resserrent. Piste à flanc de falaise. Loin, très loin en contrebas, presque à la verticale, une rivière. Je m’endors. Lorsque je me réveille, la piste serpente toujours mais cette fois en traversant la forêt tropicale. Hautes montagnes aux sommets dentelés, couvertes d’une forêt dense ponctuée de cascades. Parmi les paysages les plus grandioses et les plus puissants qu’il m’ait été donné de voir. Sauvage. La nuit tombe ; les reliefs s’adoucissent.

Mendez. Petite bourgarde organisée autour d’une place centrale typiquement équatorienne. Jugo de mango au bistrot. Après un petit tour, j’attend le bus pour Macas, grignotant les biscuits achetés à la pâtisserie de Cuenca ce matin, relevant la tête entre deux sommes. Les heures passent, la nuit tombe, les rideaux des commerces se baissent. Les derniers badauds disparaissent. La ville s’endort. De temps à autres, un bus. Mais j’attend encore un peu, je ne voudrais pas arriver trop tôt dans la nuit à Macas. Je m’endors, la tête contre mon sac à dos. Un chauffeur de bus me réveille gentillement ; il va vers Cuenca. Le prochain sera le bon… je poursuis ma nuit en direction de Macas.

DSCF9002C’est encore le chauffeur qui me réveille : « Niña, terminal ! » Des gens aimables : on avait presque oublié, depuis Guayaquil. Aucune idée de l’heure, 4 heures peut-être. Fin de nuit calée contre mon sac dans le terminal de Macas. Le jour se lève, j’attrape un taxi qui me dépose à l’auberge, où je passe une bonne partie de la matinée à récupérer de cette nuit en pointillés. Après-midi à arpenter le centre de Macas en long, en large et en travers, à la recherche des informations nécessaires à mon stage.

DSCF8999-bis

Catégories : Equateur | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

Cuenca, prise 3

DSCF8979Nouvelle matinée à Cuenca, sous un chaud soleil qui se fait apprécier. Toujours cette ville calme, propre, avec peu de circulation et un centre à taille humaine… appréciable après le tumulte guayaquileño.

DSCF8991-bis

DSCF8982

rue du centre historique de Cuenca

Catégories : Equateur | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Les ruines Inca d’Ingapirca

Vendredi 13 août. J’ai repris la route pour une dizaine de jours entre Andes et Amazonie. En commençant par un weekend en charmante compagnie ; mêlons l’utile et l’agréable !

Après une nouvelle nuit à Cuenca, nous mettons le cap sur Ingapirca, le plus important site Inca d’Equateur. Motivation pour sortir du lit : il fait froid, vraiment froid, et humide… le tout sous l’Equateur, si, si !

Ingapirca : des ruines vieilles de près de mille ans… De sacrés architectes, ces Incas, qui plus est dans un pays aussi sismique ; l’évènement de la semaine dernière nous l’a rappelé. Imposant complexe archéologique juché dans ce décor de Sierra verdoyante aux formes arrondies. « Collines » de plus de 3 200 mètres d’altitude. Crachin andin. Cette journée dans le froid humide des Andes ferait rêver à un bon bain chaud… Mais belle virée.

DSCF8949 DSCF8951 DSCF8953

Catégories : Equateur | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.