Croatie

Réparation d’un mur en pierres sèches

Christelle et Julie m’accompagnent à la plage ce matin ; nous croisons Quentin qui en revient. En équipe de sept, nous partons réparer un mur de pierres sur le Green Trail. Ces murs ont deux fonctions : les plus fins sont des barrières qui délimitent les pâturages, les autres (dont celui sur lequel nous travaillons ce matin) protègent l’île de l’érosion. Quatre heures de boulot, et nous ne chômons pas ! On imagine un peu mieux le temps qu’il leur a fallu pour construire tous ces murs qui sillonnent l’île en tous sens ! Trouver la bonne pierre, la placer dans le bon sens, s’assurer qu’elle soit stable… ce n’est pas une mince affaire. Mais petit à petit, le mur se reconstruit. Sous les dernières pierres, nous découvrons deux scorpions. Ils nous tiendront occupés un bon moment.

Catégories : Croatie | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

Plavnik

Fou rire au petit déjeuner. La journée commence en beauté ! Christian me dépose sur la terrasse bétonnée d’une maison délabrée, habitée par… des moutons. Je suis face à Plavnik, petite île où nichent quelques vautours dans une zone malheureusement pas réglementée. Ma mission : observer les allées et venues des bateaux qui s’approchent de la colonie. Avec les observations des séances précédentes, Christian devrait pouvoir écrire au ministère. Pas de rapaces aujourd’hui, à l’exception d’un crécerelle. Pas de vent, pas de visibilité à cause de la brume de chaleur. Observation attentive aux jumelles sous cagnard méditerranéen (pas d’ombre) : au retour je m’aperçois que je suis véritablement claquée.

Catégories : Croatie | Étiquettes : , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Martinšćica

Nous partons ce matin vers le sud. Après être passées chercher Christian à Predošćica nous déposons Michelle près d’Orlec, d’où elle suivra toute la journée des lignes de pylônes électriques à la recherche de traces de rapaces. Nous poursuivons la route vers la côte sud-ouest, nous arrêtant de temps à autres sur le bas-côté pour observer un rapace. J’admire l’oeil observateur et la passion communicative de Christian. Bonheur que de travailler avec lui. Nous avons la chance de voir deux buses au-dessus de la route en lacets, toutes proches. Elles montent peu à peu dans le ciel azur puis disparaissent de l’autre côté de la colline. Village sur les hauteurs, peu après Martinšćica. Sonia et moi marchons un peu dans le maquis, cherchant les trouées dans les murs de pierre, jusqu’à atteindre le sommet. Une magnifique vue s’offre à nous, sur la baie en contre-bas, et surtout sur les collines alentours d’où nous observerons de nombreux oiseaux. Nous ne sommes pas trop de deux ! Plusieurs vautours fauves, quelques faucons crécerelles, et surtout un aigle royal. En fin de matinée, le soleil arrive, et avec lui une brume de chaleur qui diminue nettement la visibilité.

Vers 14 heures, je quitte Sonia et redescend au village. De là, je suis la ligne de pylônes jusqu’à ce qu’elle récupère la route un peu plus bas. Follow the line… Facile à dire ! Murs de pierres à escalader, jardins en contre-bas, dévers, buissons d’épineux, pierriers… le tout sur un dénivelé de petite montagne. C’est impressionnant de voir où, avec un peu de détermination, nous sommes capables de nous frayer un chemin ! Pas de traces d’oiseaux au pied des pylônes. Plusieurs serpents se glissent entre deux pierres à mon approche. Rassurant de savoir qu’ils ne sont pas venimeux. Sonia me rejoint un peu plus tard sur la route, nous attendons Christian au soleil.

Catégories : Croatie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

L’île de Cres du nord au sud, et retour

Partie me promener après le travail, je m’applique sur un cadrage de coquelicot lorsque la Yugo s’arrête à ma hauteur, Franz au volant. Point de baignade sous la pluie, nous voilà tous partis pour le tour de l’île.

Du surprenant lac de Vrana, unique source d’eau douce de l’île (second plus grand lac d’eau douce du pays, dont le point le plus profond se situe à 60m sous le niveau de la mer, le tout à moins de 5km de la côte !), protégé par une réglementation stricte, aux falaises d’Orlec que je connais déjà.

Lubenice, petit village du sud ouest, plein de charme, de chats et de roses trémières, de mamie croate en tablier bleu et d’une douce lumière de soleil couchant qui embrase les reliefs. Un vautour plane dans ce décor sans pareille.

L’île dans son ensemble est d’une grande beauté, riche d’une incroyable diversité. Entre forêt verdoyante de châtaigners et de chênes centenaires, et maquis méditerranéen brûlé de soleil. Nous finissons par une délicieuse glace artisanale dans les ruelles de Cres dont nous découvrons les recoins et leurs histoires.

 

Catégories : Croatie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Kruna

Nouvelle journée qui démarre par une baignade. La crique découverte l’autre jour est toujours déserte et baignée du soleil matinal. En fin de matinée, j’aide Maja à l’exposition : anglais, allemand, français, croate : nous ne chômons pas !

Après quelques aléas organisationnels, Franz me conduit au poste d’observation de Kruna. Calée sous un olivier, j’installe la longue-vue face à la falaise voisine, occupée par un couple de vautours fauves et leur jeune de l’année. Je passerai là l’après-midi, malgré la pluie que je vois s’avancer dans la baie. Plus sages que moi, les vautours attendent la fin de l’averse pour sortir. Je rentre pour le dîner claquée et trempée, mais heureuse de cette demi-journée en plein air (et eau).

DSCF3725bis.jpg

Catégories : Croatie | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire

Orlec

Bacon au petit déjeuner. Sympathiques réminiscences québécoises. 8 heures, je pars avec Sonia vers le sud de l’île. Petites routes sinueuses entre mer et montagne. Forêt verdoyante. En face, à l’est, nous distinguons les îles de Krk et Plavnik. La mer est argentée, paisible. En allant vers le sud, la forêt laisse place à des paysages plus secs. La sauge recouvre les versants d’une belle couleur violette. Un peu avant Orlec, nous laissons la Lada et poursuivons à pied. Indications de Christian, l’ornithologue qui travaille avec l’association : nous devons passer par-dessus une barrière. Barbelés renforcés par des branchages d’if séché : tout ce qu’il y a de plus agréable à enjamber ! Nous découvrirons un peu plus loin un chemin qui nous aurait permis d’arriver exactement au même endroit… Pourquoi faire simple ? Nous marchons plus d’une heure à la recherche d’un terrain assez haut et dégagé, nous offrant une vue intéressante sur les sommets environnants. Observation requiert patience. Il nous faudra une heure supplémentaire avant de voir nos premiers vautours. Sonia, après un virage professionnel à 180° et quatre ans de volontariat en Israël, a beaucoup à raconter. Une carcasse a dû attirer l’oeil des vautours affamés, nous en observons 31 tournoyant au-dessus du même site ! Un aigle royal se joint à la fête. Christian travaille notamment sur les limites de territoire des rapaces de l’île : aigles, circaètes, bondrées, faucons, buses et bien entendu vautours, tous y passent. Fin de journée à Beli, je suis claquée ; il est à peine 21 heures quand je m’écroule.

Ce matin nous repartons pour Orlec avec Sonia et Dan, un Américain du groupe arrivé hier soir. Deux autres Français sont également arrivés. Cette fois nous traversons le village, et nous nous arrêtons au bout de la route. Installés à côté du parking, nous avons une magnifique vue sur la mer argentée, les îles voisines et la falaise. Falaise où est installé un nid d’aigle royal, dont nous espérons voir un habitant ce matin. En vain. Choucas et goélands passent à proximité du nid sans être pourchassés ; étrange. Nous observerons quelques vautours qui se détachent nettement sur le ciel légèrement brumeux, un faucon crécerelle en chasse et quelques cormorans. Belle matinée. L’orage d’hier a rafraîchi l’air ; le tonnerre gronde encore sur Krk. Fin de matinée, des gens se dirigent vers la plage. Les oiseaux disparaissent. Après-midi avec Sonia à l’exposition ; le soleil revient.

dscf3710

Catégories : Croatie | Étiquettes : , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Premiers jours à Beli

L’intégration dans l’équipe se passe à merveille. Je me sens quasi instantanément chez moi dans cette ancienne école italienne reconvertie en éco-centre à l’ambiance conviviale. Le bâtiment est partagé entre nos quartiers et deux expositions permanentes, l’une sur l’île de Cres, son histoire, sa culture et sa nature ; et la seconde plus spécifique au vautour fauve. Nos pensionnaires ailés et quadrupèdes donnent eux aussi de la vie à l’association : chats et chiens, moutons, âne, et quatre vautours accidentés (Koleda, Pepina, Cerko et Torgos l’Africain).

Ma première journée consiste à repeindre la cuisine avec Marin et Quentin, après l’incident de la semaine dernière. Début d’incendie. Extincteur. Poussière. J’arrive pour la fin des travaux. Perchée sur mon échelle ; la pièce reprend peu à peu des allures de cuisine.

Le lendemain je m’occupe de l’exposition : accueillir les visiteurs, assurer la visite, présenter les vautours. Excellent exercice pour pratiquer mon anglais ! Lorsque des groupes scolaires (donc croates) arrivent, c’est Lana qui s’en occupe. Après-midi au centre avec Sonia, Michelle et Quentin. Avec eux, le courant passe à merveille. Sonia et Quentin sont Français, mais la plupart du temps nous parlons anglais afin que Michelle ne soit pas écartée de la discussion.

Rapidement calée sur le rythme des autres volontaires, il n’est pas rare qu’à 6 heures je sois déjà levée. Je profite des instants paisibles du matin pour m’occuper des chatons et de l’ânesse. C’est mon tour d’assurer la cuisine pour la journée. En bonne Bretonne, je me lance dans les crêpes, valeur sûre avec laquelle je fais toujours des heureux. La plage est à une dizaine de minutes du centre, au pied d’une petite route qui descend en longeant le charmant village de Beli, perché sur son rocher. Un sentier s’égare vers la gauche, je m’y engage intuitivement. Entre oliviers et murs de pierre. Marchant dans la sauge en fleur, je soulève au passage une bien agréable odeur. Au bas de la falaise, je découvre une petite crique de galets, déserte à l’exception de deux kayakistes. Un air de paradis souffle ici. L’eau est claire, chaude et sans une vague. J’y reste un bon moment ; cela faisait longtemps que je n’avais pas nagé.

Catégories : Croatie | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

En route vers la Croatie !

Nouveau départ. Après une courte – et bien agréable – semaine en France, me re-voici déjà sur la route. Le train a quitté la gare à 5h30 ce matin après quelques déboires techniques qui nous valent du retard et un changement de TGV à Massy. Mais à cette heure matinale, tous semblent de bonne humeur et prennent l’évènement avec légèreté ; mon voisin marchande auprès du contrôleur un café gratuit. Traversée de la France, prés et forêts verdoyants sous ciel gris fer. À peine arrivée et déjà repartie. Peut-être est-ce un remède anti-déprime d’après Québec. Québec que j’aime tant, Québécois que j’aime trop… Repartir illico m’oblige à penser au jour le jour. Lyon. Le bus. Nous passons par Grenoble, traversons les Alpes jusqu’à la frontière italienne. Ma voisine, croate, me traduit les quelques instructions du conducteur. La route se poursuit, j’entame ma nuit.

En étant plus à l’est, je retrouve un soleil plus matinal : 4h30, les premières lueurs de l’aube pointent déjà. Je me réveille en Slovénie. Belle campagne verdoyante et vallonnée, maisons aux toits rouges. Frontière croate, frontière de l’UE. Les douaniers s’activent. Zagreb, 6 heures. Changement de bus. Je discute avec deux Australiennes en vacances, puis flashe sur le passeport de mon voisin : Canadien ! Villages de type méditerranéen (ou devrais-je dire, adriatique), montagnes boisées et baignées de soleil. Il fait chaud. Rijeka s’étend des hauteurs jusqu’au bord de mer. Toits de tuiles, façades claires, Adriatique bleue et limpide, forêt environnante, vêtements aux couleurs estivales et chatoyantes. Une heure de traversée jusqu’à Cres, l’Adriatique est d’huile. Je n’en verrai pas grand chose cependant, je n’ai pas le temps de m’asseoir que je dors déjà ! Cres : île couverte de forêt plongeant dans le bleu de la mer. Du moins pour sa partie nord. C’est Lana qui vient me chercher, nous arrivons à Beli après une bonne vingtaine de minutes sur une belle petite route sinueuse. Forêt, mer, relief, moutons blancs et noirs. Je fais la connaissance des membres de l’équipe et des trois volontaires présents au centre, Franz et Marin, Quentin, Sonia et Michelle.

Catégories : Croatie | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.